Budget provincial 2020

La politique, c'est compliqué

 

La politique, c’est compliqué. Il y a des tonnes d’informations, de chiffres et de paramètres à prendre en considération. Par chance, nous avons été invités au budget. Après avoir pris connaissance du budget, nous avons eu le privilège de nous entretenir avec les membres des cabinets impliqués dans notre dossier. Nous avons eu droit à 90 minutes d’explications.  Nous allons tenter de bien vous expliquer les mesures annoncées dans le budget, en vous donnant des exemples concrets.

 

Première mesure :

Bonifier les soins et services aux personnes handicapées :

 

Les nouveaux centres d’hébergement qui viendront remplacer les CHSLD seront conçus afin d’y recevoir une clientèle adulte handicapée. Des chambres et des espaces leur seront réservés et ils seront traités avec une nouvelle approche. Nous avons même suggéré d’y inclure des plateaux de travail et des classes sous le modèle SASEFA. De plus, les nouveaux centres d’hébergement ne seront pas des endroits pour y entasser des centaines de personnes comme ont le voit aujourd’hui et depuis plusieurs années. Ils seront construits selon le modèle des maisons Gilles Carle, et ces centres sont déjà en construction à quelques endroits au Québec. Dans ce contexte, je crois que plus de gens pourraient être enclins à ‘placer’ leur enfant dans un des ces endroits. Ces nouveaux centres nous offrent une alternative aux CHSLD. Beaucoup d’argent y sera investi pour la construction et cet argent est investi pour nous aider.

 

Les soins et les services seront aussi bonifiés. Les travaux sur la bonification des services sont déjà en cours. Plusieurs points ont été rapportés aux différents ministères et des pistes de solutions sont explorées. Les 2 ou 3 prochaines années devraient nous faciliter la vie avec des mesures moins contraignantes et plus accessibles. Par exemple : Améliorer l’accès, bonifier les soins, poursuivre l’amélioration des soins à domicile, refonte des formulaires et mise en place d’un formulaire unique pour notre enfant…

 

Deuxième mesure :

Accroître le soutient offert aux proches aidants :

 

Le gouvernement investit 600 millions sur 5 ans pour instaurer un nouveau crédit d’impôt REMBOURSABLE, ce qui veut dire que tout le monde y a droit, même les gens sur l’aide sociale. Il s’agit d’un crédit supplémentaire pour un proche aidant qui garde son enfant avec lui. Un montant supplémentaire s’ajoute au crédit déjà existant, et porte celui-ci à 2500$ au total. C’est 1275$ de plus dans les poches des proches aidants, par année. Il n’y a pas de quoi se prendre des REER, mais ça fait ça de plus pour les fins de mois. Cette aide additionnelle pourra être remise mensuellement pour ceux qui en feront la demande.

 

La ministre Blais est à rédiger la politique nationale sur les proches aidants. D’autres mesures seront annoncées lorsque cette politique sera prête. L’argent est déjà réservé pour ces projets. (250 millions de $)

 

Troisième mesure :

Accélération de l’admissibilité à des prestations plus généreuses de la solidarité sociale (mesure pour les prestations de contraintes graves)

 

Pour obtenir la prestation maximale pour contraintes graves, la personne doit être déclarée inapte pour une période de 66 mois sur 72. Le gouvernement reconnaît que les enfants ayant le SEHNSE, mesure datant de 2016, peuvent commencer leur attente de 66 mois à partir de la date à laquelle ils ont été acceptés au SEHNSE. Ce qui leur permettra d’atteindre le montant maximum beaucoup plus rapidement. Il s’agit d’un investissement d’argent nouveau à la hauteur de 26 millions de $ sur 5 ans. Les adultes lourdement handicapés qui rencontrent les critères du SEHNSE mais qui n’ont pas eu le SEHNSE puisqu’ils avaient 18 ans lors de la mise en place de la mesure pourront faire réviser leur dossier afin de rattraper l’écart de temps auquel ils ont droit.

 

Quatrième mesure :

Hausse des heures du chèque emploi-service

 

Le gouvernement met un nombre d’heures plancher pour les personnes lourdement handicapées. Basé sur les critères du SEHNSE, qui a maintenant deux paliers, un pont s’effectue à l’âge de 18 ans. Ce pont permet un minimum d’heures garanties. Pour une personne de palier 1, c’est 20.5 heures garanties et pour le palier 2, c’est 16 heures garanties. Tout dépendant de l’état de la personne, il est possible d’obtenir plus d’heures que le minimum obligatoire garanti. Ceci dit, le Ministre Carmant et son équipe auront la tâche d’émettre des directives pour les travailleurs sociaux qui doivent changer de mentalité et pour qu’ils appliquent les mesures comme le ministère le demande. M. Carmant nous confirme sa ferme intention de mettre tout en place pour que le système soit au service des parents et ce, sans embûche.

 

À compter de juin 2020, le gouvernement acceptera que le chèque emploi service soit utilisé par un parent (père ou mère) comme rémunération. Évidemment, c’est selon les mesures fiscales en cours (impôt). Pour un parent qui est sur l’aide sociale et qui désire recevoir 20,5 heures du chèque emploi service comme rémunération, il y aura une différence nette de 3665$ par année au profit du parent, si celui-ci prend les heures comme rémunération. Un couple peut aussi décider de prendre le chèque emploi service comme rémunération pour qu’un parent puisse rester à la maison avec l’enfant handicapé devenu adulte tandis que l’autre parent est sur le marché du travail.

 

Alors le gouvernement offre l’option de rester à la maison et prendre la rémunération ou engager quelqu’un pour retourner sur le marché du travail, respectant le choix de tous et chacun. Combinées à l’augmentation des services, ces deux mesures seront complémentaires. Car retourner sur le marché du travail demande des centres de garde si le parent termine de travailler plus tard que la personne qu’il engage pour s’occuper de son enfant, etc.

 

Il faut aussi considérer que si le parent prend le chèque emploi service pour se rémunérer, il fera des cotisations au RRQ et sa retraite en sera bonifiée.

 

Cependant, si vous prenez le chèque emploi service pour vous rémunérer, vous perdez l’accès au crédit d’impôt supplémentaire de 1275$.

 

C’est à vous de faire vos calculs selon vos situations personnelles et de tirer avantage de ces mesures.

 

Cinquième mesure :

Prolongement de la période de reconnaissance au RRQ :

 

Le RRQ retranche les années les moins payantes lors de son calcul pour le montant de pension de vieillesse. Les 7 premières années de vie de l’enfant sont retirées car un parent s’absente plus souvent durant cette période pour son enfant. Mais pour le parent d’un enfant handicapé, la période est maintenant jusqu’à 18 ans. Nous avons demandé d’inclure les années que le parent perd lorsqu’il prend sa retraite anticipée pour s’occuper de son enfant qui reste à la maison.

 

L’ensemble de ces mesures s’approche du milliard de $. Il est facile de calculer que chaque point que nous trouvons n’est pas satisfaisant. Mais il est aussi facile de calculer l’ampleur des montants si on demande plus pour chaque mesure. Une bonne analyse de tout le budget pour les proches aidants démontre que le gouvernement a rempli sa promesse de rétablir une équité avec les familles d’accueil. Cette équité ne se traduit peut-être pas de la façon attendue mais elle est tout de même réalisée. En général, ces mesures d’aide sont un pas de géant en avant.